Le traitement de la cataracte repose exclusivement sur la chirurgie par phacoémulsification.

centre-ophtalmologie-la-ciotat-jerome-madar-chirurgie-de-la-cataracte-01

Appareil de phacoémulsification de dernière génération

En quoi consiste l’opération de la cataracte ?

  • L’opération de la cataracte consiste à enlever le cristallin (lentille naturelle de l’œil) opacifié et à le remplacer par un implant (ou cristallin artificiel).
  • L’opération se déroule généralement sous anesthésie locale.
  • Cette technique est basée sur une micro incision de 1,8 à 2 mms qui permet d’accéder au cristallin. Elle est actuellement la plus moderne. Une ouverture (capsulorhexis) est réalisée sur la face antérieure de la membrane du cristallin qui est ensuite fragmenté et retiré de l’oeil.
    centre-ophtalmologie-la-ciotat-jerome-madar-chirurgie-de-la-cataracte-02

    Phase du Capsulorhexis

  • Un appareil de phacoémulsification délivre avec une grande précision l’énergie nécessaire à cette opération.
    centre-ophtalmologie-la-ciotat-jerome-madar-chirurgie-de-la-cataracte-03
    centre-ophtalmologie-la-ciotat-jerome-madar-chirurgie-de-la-cataracte-04

    Phase de phacoémulsification aux ultrasons
     
     

  • Ensuite, il faut placer dans l’œil un implant intraoculaire personnalisé qui remplacera votre cristallin. L’implant est dessiné de telle sorte qu’il vienne naturellement se loger dans l’œil, en remplacement du cristallin malade, pour améliorer la vision. Il est fabriqué dans des matériaux bien tolérés (Plexiglas, silicone, acrylique, hydrogel) et reste définitivement dans l’œil, ne s’use pas et ne nécessite aucun soin particulier.
    centre-ophtalmologie-la-ciotat-jerome-madar-chirurgie-de-la-cataracte-05

    Mise en place d’un implant intraoculaire

Comment choisit-on l’implant oculaire?

Quelles précautions particulières prendre après l’opération?

  • Une ordonnance vous sera remise à votre sortie, expliquant les précautions et le traitement médicamenteux à suivre (gouttes oculaires, port d’une protection oculaire la nuit).
  • Vous serez examiné(e) le lendemain de l’intervention, et une semaine après.
  • L’œil opéré est indolore, et la vision s’améliore rapidement. Toutefois, le temps de récupérer une vision suffisante, la conduite automobile et l’utilisation de machines ou d’instruments dangereux sont déconseillées.
  • Attention, après l’intervention, toute baisse subite de la vue, douleur ou rougeur de l’œil doit vous amener à consulter en urgence.

Cette intervention présente-telle des risques?

  • Bien qu’elle soit parfaitement standardisée et suivie d’excellents résultats, l’opération de la cataracte n’échappe pas à la règle générale selon laquelle il n’existe pas de chirurgie sans risque. Les complications sévères de l’opération de la cataracte sont cependant très rares.
  • Avant l’intervention, une fiche d’information vous sera remise et il vous sera demandé de la signer. N’hésitez pas à me demander des précisions sur le déroulement de l’intervention et à me faire part de vos craintes éventuelles.

Peut on opérer les deux yeux en même temps?

  • Non.
  • On espace au minimum d’une semaine les interventions. Cela permet, en particulier, de voir le résultat de la première opération avant d’envisager la seconde.

Combien de temps faut-il rester hospitalisé?

  • L’opération dure entre 5 et 10 minutes pour les cataractes classiques, un peu plus longtemps pour les plus évoluées et est réalisée le plus souvent sous anesthésie locale.
  • L’intervention est réalisée en ambulatoire, vous rentrerez en début d’après midi pour sortir quelques heures plus tard. Vous devrez être accompagné(e) et ne pas rester seul(e) chez vous la première nuit.

Peut-on se passer de lunettes après la chirurgie?

  • La mise en place de l’implant vous permettra d’éviter le port de verres correcteurs épais, voire dans certains cas de vous passer de lunettes. En fait, cela va dépendre du type d’implant choisi. Dans le cas d’une lentille monofocale classique, vous pourrez choisir une vision sans lunettes de près ou de loin.
  • Les implants oculaires multifocaux sont, quant à eux, des implants souples qui permettent le plus souvent (80 % des cas) de retrouver une vision « utilisable » de loin ou de près. En cas de maladie associée de l’œil (glaucome évolué, maladie rétinienne ou cornéenne, astigmatisme important), ils sont proscrits.